La Toile du Jour n°8


"Souvenir de Jerba". Huile sur quatre panneaux : deux en bois et deux toilés. 45x40cm. 1998. Réf : H9824.

Sud de la Tunisie. Golfe de Gabès. Ile de Jerba.

On écrit aussi Djerba, Djerbeh, Gerba.

Entre Houmt-Souk et Midoun, qui sont les deux villes principales, promenades sur le sable rose,
au bord de la mer verte, sous le ciel bleu.

Vent humide de la mer apportant la pluie, ou vent sec de la terre amenant le sable jaune du désert.
Tataouine et ses oasis ne sont pas si loin.

A Guellala (ou Qallâlah), le village des potiers
de l'autre côté de l'île,
les poteries faites à l'eau de mer sont d'un blanc laiteux.

Les chemins de terre sont bordés d'agaves bleues gorgées d'eau
et de haies d'opuntia, appelés aussi raquettes
ou figuiers de barbarie ou oreilles de Mickey.

Quelques buissons épineux, quelques palmiers,
quelques eucalyptus parfois;
des chèvres et des moutons, des bâtisses en ruines, des "marabouts" à coupole (ce sont des petits monuments cubiques qui abritaient autrefois la dépouille d'une personnalité locale).

Sur l'île de Jerba, toute maison doit avoir une coupole demi-sphérique : c'est la loi. Ajoutées à celle(s) des mosquées,
ces coupoles donnent au paysage un aspect rassurant, maternel.

Sur l'île de Jerba, toute l'architecture est peinte en blanc, les murs, les balcons, les coupoles, les toitures en berceau.
Les portes et les grilles en fer forgé qui protègent les fenêtres sont peintes en bleu clair.



Le paysage est très caractéristique. Attention aux stéréotypes.

Pour un peintre, danger!
A fuir rapidement ou alors trouver l'anecdote qui concentre en elle beaucoup d'autres anecdotes, qui les résume
et devient en cela emblématique.

Fernand Léger écrivait lors de son séjour à New-York : " L'oeuvre d'art est la résultante d'un état intérieur et
ne doit rien devoir au pittoresque extérieur
".

Un risque à prendre. Je relève le défi.

A Venise, Canaletto, Guardi et d'autres peignaient des "vedute", tableaux descriptifs que les étrangers ramenaient chez eux,
en souvenir.

J'ai intitulé cette peinture "Souvenir de Jerba".

Elle condense, à mon sens, l'île de Jerba.

A la partie "vedute"(mosquée, palmiers, kilims, grille en fer forgé, cheval ou âne, bleu du ciel et blanc des maisons)
j'ai ajouté deux étroites bandes de bois peint en bleu clair
(0,5cm à gauche et 2cm à droite)
et une bande large de 9cm peinte en noir.
Matisse et Dufy ont, pour signifier la lumière crue, utilisé
la couleur noire avant moi.

Détails de la peinture "Souvenir de Jerba" :

détail de "Souvenir de Jerba"(H9824): la maison blanche
détail de "Souvenir de Jerba"(H9824) : le palmier rose
détail de "Souvenir de Jerba"(H9824) : la grille en fer forgé et le cheval sur la plage
détail de "Souvenir de Jerba"(H9824) : un kilim (tapis tissé et quelquefois brodé par dessus)


De mon séjour à Jerba en mars 1998, j'ai ramené cinq toiles :

"Le soir tombe sur Jerba". Huile sur toile. 39x54cm. 1998. H98-25
"Philippe et Chantal à Jerba". Huile sur toile. 92x60cm. 1998. H98-23. Collection privée
"Figuiers de Barbarie et palmiers à Jerba". Huile sur toile. 33x55cm. 1998. H98-26
"Kilims, mosquée et maisons à Jerba".
Huile sur toile. 92x73cm. 1998. H98-16

 

"Souvenir de Jerba". Huile sur toile. 45x40cm. 1998. H9824

Ces cinq peintures sont reproduites dans une plaquette (voir Editions de l'Avant-Seize)


Droits de Reproduction Réservés